Orléans Trait d’union monde a fêté ses 40 ans

Nicole Catrais, présidente d’Orléans Trait d’union monde, était très émue, samedi soir, au moment de retracer les événements marquants de l’association qu’elle préside et qui fêtait ses quarante années d’existence.

Créée en 1984 par Michel de la Fournière et Jean-Louis Bernard, l’association vient en aide aux orphelins, aux centres de santé, aux centres nutritionnels et aux écoles du Rwanda.

Le financement de toutes ces actions est assuré par des parrains (personnes physiques) qui sont environ deux cent trente et qui ont un ou plusieurs filleuls au Rwanda.

Un relais assuré au Rwanda

Présent samedi soir, le père Alfred Rutagemgwa, prêtre au diocèse de Dyumba et responsable de l’enseignement catholique, a un rôle de relais au Rwanda afin d’atteindre les parents ou d’autres correspondants. Il a apporté son témoignage sur les actions concrètes réalisées à l’aide d’une vidéo.

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Fêtes de Jeanne d’Arc : l’un des deux pages exclu pour « diffusion d’idées contraires aux valeurs de la République »

Avis de tempête sur les traditionnelles Fêtes de Jeanne d’Arc d’Orléans : l’un des deux pages est exclu des festivités, pour la diffusion d’idées peu conformes avec les valeurs de la République.

La commune d’Orléans annonce, vendredi 12 avril, qu’elle a décidé d’exclure des Fêtes de Jeanne d’Arc l’un des adolescents qui avait été choisi pour être l’un des deux pages de la Jeanne 2024 (c’est la jeune fille qui choisit les pages parmi ses amis).

Selon les termes du communiqué, « il est ainsi avéré que l’adolescent a participé à la diffusion d’idées contraires aux valeurs de la République, contraires aux valeurs de l’association, de la mairie, et contraires à l’esprit des Fêtes de Jeanne d’Arc », indique la mairie, qui se refuse à tout commentaire supplémentaire. 

« Il a commis une erreur qu’il assume »

C’est également le cas de l’association Orléans Jeanne d’Arc, présidée par Bénédicte Baranger : « Par le passé, il a commis une erreur qu’il assume. Il a reconnu sa maladresse. Je suis meurtrie, mais c’est sans appel. Je n’ai pas d’état d’âme. Il faut préserver les Fêtes et les valeurs de Jeanne d’Arc. Aucune idéologie politique ne doit être associée aux fêtes. »

Le communiqué précise qu’ « il n’est dès lors pas acceptable qu’il puisse continuer de figurer un page de Jeanne d’Arc et nous lui avons immédiatement demandé de se retirer de son rôle. Dans le souci de préserver la bonne tenue des Fêtes de Jeanne d’Arc, il a accédé à notre demande, et l’avait lui-même proposé ».

Pas de récupération politique

La mairie tout comme l’association se disent « très attentifs à ce que la figure de Jeanne d’Arc ne soit pas confisquée politiquement et qu’en aucun cas elle ne soit prétexte à véhiculer une quelconque idéologie ». Récupération qui est régulièrement celle de groupes d’extrême droite. Le frère de l’un de deux jeunes est connu pour faire partie de l’Action française, mouvement nationaliste et royaliste d’extrême droite.

La commune d’Orléans n’a pas souhaité préciser lequel des deux adolescents, Éloi Lallemand ou Côme Andres, était concerné, considérant leur âge (15 et 16 ans).

Le nom du page « remplaçant » devrait être choisi et annoncé dans le week-end.

[mise à jour lundi 15 avril, 16 h 33 : le nom du page qui participera finalement aux Fêtes de Jeanne d’Arc est Enguerrand Semon, 16 ans, indiquent l’association Orléans Jeanne d’Arc et la Ville d’Orléans, lundi 15 avril]

« Jeanne d’Arc n’appartient à personne » : l’historienne Valérie Toureille regrette la polémique autour des Fêtes johanniques d’Orléans

Une ex-Jeanne d’Arc d’Orléans est une plume de l’extrême droite en France (2015)

Un Loirétain avec une croix gammée tatouée sur le bras arrêté par la police à Orléans (2021)

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Visite officielle des évêques français en Égypte en avril 2024

En Égypte, pays qui compte entre 250 000 et 300 000 catholiques, les évêques français ont réaffirmé l’amitié et le soutien de l’Église de France à ses frères et sœurs chrétiens d’Orient, et ont rappellé l’importance du maintien d’une présence chrétienne dans la région.

Dans le cadre d’une visite officielle de la Conférence des évêques de France (CEF) en Égypte du 9 au 13 avril, les trois évêques membres de la délégation (Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, Président de la CEF, Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Paris, ordinaire des catholiques orientaux en France, et Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre, diocèse partenaire du diocèse de Gizeh) ainsi que le père Hugues de Woillemont, Secrétaire général et porte-parole de la CEF, ont tenu, ce vendredi 12 avril à 9h00 en direct du Caire, une conférence de presse aux côtés de Mgr Pascal Gollnisch, Directeur général de L’Œuvre d’Orient.

Alors que les chrétiens voient leur situation se détériorer depuis des années en Orient, en particulier avec l’émergence de Daesh, les évêques français ont redit l’amitié de l’Église de France pour ses frères et sœurs chrétiens d’Égypte (dont les 10 millions de fidèles représentent la plus importante communauté chrétienne du Proche-Orient), et rappelé les liens historiques qui unissent les catholiques français et les chrétiens de ces régions – dont l’Œuvre d’Orient est l’une des illustrations.

Mgr de Éric de Moulins-Beaufort, Mgr Laurent Ulrich, Mgr Matthieu Rougé et le Père de Woillemont ont par ailleurs salué la qualité de leurs échanges avec les Églises et patriarches locaux rencontrés à l’occasion de ces cinq jours de déplacement au Caire et dans le diocèse de Gizeh, soulignant chacun l’importance – afin de mieux les servir in fine – de pouvoir ainsi mieux connaitre et comprendre les réalités de ces communautés.

Enfin, la délégation de la Conférence des évêques de France a tenu à rappeler l’enjeu majeur que représente, pour cette région au cœur de vives tensions tant géopolitiques qu’économiques et sociales, le maintien d’une présence chrétienne en Orient, en particulier à travers les nombreuses écoles catholiques du pays – une problématique abordée par les évêques lors de leur rencontre avec l’ambassadeur de France en Egypte, Eric Chevallier, ou encore du Secrétaire général de l’Enseignement catholique local.

Pour rappel, après le Liban en 2022, et l’Irak en 2023, ce déplacement est le troisième de la CEF auprès des Églises orientales.

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Et si vous veniez découvrir le catch à Orléans

Pour la première fois, Orléans Wrestling Association organise un gala de catch à Orléans. Ce sera samedi 13 avril, au gymnase Dessaux. Six combats sont au programme : l’idéal pour découvrir ce sport/spectacle qui cartonne outre-Atlantique.

Les passionnés le savent bien. Samedi 6 et dimanche 7 avril s’est déroulé un des plus grands Wrestlemania de l’histoire. Un événement planétaire dans le monde du catch qui regroupe les meilleurs mondiaux.

De son côté, Orléans Wrestling Association, le club de catch d’Orléans, entend bien surfer sur cet engouement. « Catch is back » est un gala programmé samedi 13 avril, à partir de 19 heures (ouverture des portes à 18 heures), au gymnase Pierre-Dessaux, à Orléans.

Au programme de la soirée, six combats et dix catcheurs. De quoi voir du spectacle et tout ce qu’attendent les fans : des sauts « par-dessus la troisième corde », des RKO, des spears, des bras à la volée…

A l’entraînement avec les membres d’Orléans Wrestling Association

« Nous sommes tous très fiers de pouvoir organiser ce genre de gala ici à Orléans, explique Aymeric Havé, président et fondateur d’Orléans Wrestling Association (OWA). On espère pouvoir grandir et proposer des shows encore plus grands, plus gros dans un futur proche. Notre école grandit également, et nous aurons d’ailleurs la présence de certains de la promotion 2024 sur ce gala. On est content de pouvoir partager notre passion pour ce sport spectacle, avec notre public et nos proches.  On croise les doigts pour que nos représentations plaisent à toutes et à tous et puissent nous ouvrir des portes ici à Orléans. »

Avec Ulysse Arthur et Leo Gonzo

Parmi les catcheurs qui monteront sur le ring, on peut noter « Ulysse Arthur, le seul catcheur français à avoir gagné un titre aux États-Unis depuis André Le Géant, ou encore Leo Gonzo qui nous vient de la région Rhône-Alpes et qui écume les routes et les rings de catch français », détaille Aymeric. C’est un premier show dans la ville d’Orléans même si OWA s’est déjà produit dans le Loiret et en région Centre-Val de Loire.

Pratique. Catch is back, samedi 13 avril à 19 heures, au gymnase Pierre-Dessaux, 10 rue des Charretiers à Orléans. Tarifs : 8 euros (adultes), 5 euros (-12 ans), gratuit pour les 0-3 ans. À payer en espèces sur place ou en ligne.

Recevez par mail notre newsletter loisirs et retrouvez les idées de sorties et d’activités dans votre région.

Alban Gourgousse

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

L’Institut Catholique de Paris lance l’Institut des Sciences Bibliques

Développer la recherche en sciences bibliques

Depuis près de 150 ans, l’Institut Catholique de Paris est actif dans le domaine de la recherche et de l’enseignement des sciences bibliques. L’ISB s’appuie sur cet héritage pour offrir un environnement stimulant pour les étudiants, chercheurs, et professionnels souhaitant approfondir leur compréhension des textes bibliques et de leur contexte historique, culturel, et théologique.
« L’ISB permettra d’unifier et de promouvoir les activités de recherche menées dans ce domaine à l’ICP, notamment au sein de l’équipe de recherche Bible et littératures antiques » souligne Emmanuel Petit, recteur de l’ICP.

L’Institut des Sciences Bibliques c’est aussi la Bibliothèque Œcuménique et Scientifique d’Études Bibliques (BOSEB). Située sur le campus parisien de l’ICP, la BOSEB possède un fonds de plus de 48 000 ouvrages et 670 périodiques. Elle couvre tous les domaines des sciences bibliques : écrits et milieu de l’Ancien et du Nouveau Testament, archéologie, histoire, civilisations et langues du Proche Orient ancien.

Des salons d’orientation à ne pas manquer !
De septembre à juin, Studyrama organise dans toute la France des salons des Études Supérieures ! C’est l’occasion de découvrir des centaines de formations de bac à bac+5, d’échanger avec les responsables pédagogiques pour leur poser toutes vos questions ! Vous pourrez également assister à de nombreuses conférences autour des thématiques liées à l’orientation : Parcoursup, métiers, filières, débouchés…

Promouvoir des formations en théologie

L’ISB s’appuie sur cet héritage pour offrir un environnement stimulant pour les étudiants, chercheurs, et professionnels.
« Chaque année, plus d’une centaine de cours sont dispensés à l’ICP dans le domaine des sciences bibliques » indique Sophie Ramond, Directrice de l’ISB. Ces enseignements, dispensés par des enseignants-chercheurs, sont également accessibles aux auditeurs libres.

Favoriser le dialogue avec la culture

L’ISB se démarque par son approche pluridisciplinaire, conviant experts et passionnés à explorer les intersections entre la Bible et divers domaines tels que l’art, la littérature, l’histoire, et la philosophie. Par ses cycles de conférences et événements, l’ISB encourage un dialogue ouvert et enrichissant entre les textes bibliques et les enjeux contemporains, affirmant le rôle de la Bible en tant que source d’inspiration culturelle et spirituelle à travers les âges.

L’Institut des Sciences Bibliques accueillera également le Musée Bible et Terre Sainte. Abritant une collection composée d’environ 3 000 objets, dont des tablettes cunéiformes, un papyrus égyptien, un fragment de manuscrit de la mer Morte ou encore des lampes à huile, il permettra d’aller au plus près des objets de la culture matérielle de l’Orient ancien.

Pour quel(s) métier(s) êtes-vous fait ? Faites le test pour le savoir !

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Catholiques, protestants, orthodoxes : s’enrichir de nos différences

Rendre visible l’unité

Dès l’origine, les différentes confessions chrétiennes engagées dans le mouvement œcuménique eurent l’intuition qu’elles devaient se centrer sur leur bien commun : la Bible. « Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé », tout est dit dans le chapitre 17 de l’Évangile selon saint Jean.

Reste à trouver la meilleure façon de répondre à cette vocation d’unité. Pour Anne-Laure Danet, pasteure et responsable du service des relations avec les Églises chrétiennes de la Fédération protestante de France, il s’agit moins de construire l’unité que de l’accueillir. « Dans le mouvement œcuménique, les Églises ont compris qu’elles n’ont pas à faire l’unité puisqu’elle elle nous est donnée par le Christ. Notre tâche consiste à la rendre visible ! »

On ne peut pas changer l’histoire mais on peut changer la manière de la raconter

Une histoire blessée

En France, l’histoire entre catholiques et protestants est marquée par les guerres de Religion, au XVIe siècle, mais avant et après ces huit guerres civiles, des épisodes nombreux de persécutions et de vengeances. Difficile de marcher sur le même chemin sans un travail permettant de regarder en face ce passé douloureux.

Au sein du mouvement œcuménique, ce travail porte un nom : la guérison des mémoires. « Nous partons du constat que l’on ne peut pas changer l’histoire, précise Anne-Laure Danet, mais on peut changer la manière de la raconter. Il s’agit de raconter son récit, puis d’écouter celui de l’autre et, à force de discussions, d’aboutir à un récit communC’est un exercice très exigent mais très précieux. Le Christ étant notre centre, plus on se rapproche de lui, plus on se rapproche les uns des autres. Alors nous comprenons que nos différences sont des richesses et pas des obstacles. »

Se laisser convertir, mais pas à une autre Église, à l’Évangile !

Pour se connaître, il faut se rencontrer

Mais reconnaître qu’il y a des richesses dans d’autres traditions chrétiennes, n’est-ce pas se renier ou risquer de se convertir ? « C’est tout à fait ça ! Se laisser convertir, réagit Anne-Laure Danet, mais pas à une autre Église, à l’Évangile ! Ce n’est pas du tout la même chose. On est ensemble dans une recherche de vérité et de fidélité à l’Évangile. Il ne s’agit pas de convaincre l’autre sinon ça veut dire que je m’estime au-dessus de lui. Encore faut-il se rencontrer car tant qu’on ne se rencontre pas, on ne se connaît pas. » Pour ce faire il est recommandé de participer à un culte protestant, une messe catholique ou un office divin orthodoxe.

L’objectif n’a jamais été de devenir semblables

L’unité, pas l’uniformité

Celles et ceux qui sont engagés dans le mouvement œcuménique ne cessent de le répéter : l’unité n’est pas l’uniformité et l’objectif n’a jamais été de devenir semblables. Les différences sont des richesses et comme le dit, plein de bon sens, le Livre de l’Ecclésiaste, « une corde à trois brins est plus solide qu’une corde à deux brins »... Face aux grandes questions sociétales, l’union fait la force pour annoncer la bonne nouvelle de l’Évangile à l’ensemble des « terres habitées », le sens étymologique du mot œcuménisme.

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Féminisme catholique et convergence des luttes

Vatican II (1962-1965) avait soulevé l’espoir de voir changer la donne pour les femmes et motivé l’engagement de nombre d’entre elles en réseau ou en association. Soixante ans plus tard, force est de constater que la suite n’a pas été à la hauteur des espérances. Les austères pontificats de Paul VI (1963-1978) et Jean Paul II (1978-2005) ont davantage été des temps de resserrement doctrinal, durant lesquels le féminisme catholique a peiné à se faire entendre.

Deux réseaux historiques importants ferment boutique cette semaine. Au Québec, c’est Femmes et Ministères, « corporation autonome » (association) de femmes engagées en Église, qui a annoncé avec émotion mettre fin à quarante années au service de la reconnaissance de tous les ministères exercés par les femmes. En France, il s’agit de l’association Femmes et Hommes Égalité, droits et libertés dans les églises et la société (FHEDLES), qui figure parmi les toutes premières associations catholiques féministes nées sous l’impulsion du concile Vatican II, simultanément en France et en Belgique, en 1969.

Pour autant, la cause du féminisme catholique n’a pas disparu et les femmes se mobilisent tout autant qu’autrefois. En collectif, au sein de Oh My Goddess! – auteur du talentueux Dieu·e. Christianisme, sexualité et féminisme paru aux Éditions de l’Atelier en 2023 –, de Toutes Apôtres, de l’Action catholique des femmes, de la Commission d’étude sur la place des femmes dans l’Église catholique et bien sûr du Comité de la jupe, rebaptisé récemment Magdala, laïques en mission ecclésiale, théologiennes, psychologues, philosophes, artistes ou journalistes, baptisées en tout cas, nourrissent plus que jamais la réflexion sur la construction sociétale et ecclésiale du rapport entre les sexes. Elles l’enrichissent de nouvelles questions comme les violences sexuelles ou la place des minorités.

« La révélation des abus et les propositions de la commission Sauvé ont mis en lumière le caractère incontournable de la question de la place des femmes. C’est un élément majeur du travail synodal en cours parce que, comme nous le revendiquons depuis des décennies, quand on tire le fil d’une pelote, tout vient avec ; ainsi la question des femmes soulève-t-elle celles du cléricalisme, de la sexualité, de la sacralisation de l’homme, de la place des minorités, etc. » souligne Annie Crépin. Cette dernière souhaite aujourd’hui que FHEDLES, loin de rendre les armes, mette sa réflexion au service d’associations plus jeunes dans une optique de passage des savoirs acquis. « Nous sommes déterminées à transmettre les arguments que nous développons depuis cinquante ans, qui sont, hélas, toujours valables aujourd’hui ! »

Agnès Willaume

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Qui veut la peau de l’école privée ? Le point de vue de Philippe Delorme

.css-1yhrhcj{font-family:noto-serif,serif;font-weight:normal;color:#163860;}.css-1yhrhcj a{-webkit-text-decoration:none;text-decoration:none;}.css-1yhrhcj a{-webkit-transition:color 0.3s ease-out 0s;transition:color 0.3s ease-out 0s;}.css-1yhrhcj a:hover{color:#1f66ba;}

Philippe Delorme est le secrétaire général de l’Enseignement catholique. Il était l’invité d’Anne-Emmanuelle Isaac dans «Points de Vue».

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

des politiques publiques en plein essor

Capturer.PNG

Plus que jamais la langue française n’est au carrefour de multiples enjeux. A n’en pas douter, les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 permettront à la fois de célébrer la langue française, pour nos concitoyens et les francophones du monde entier, tout en accueillant les langues dans toute leur diversité.

Il suffit, pour s’en convaincre, de se souvenir que les valeurs de l’Olympisme suivent le rêve d’une humanité réconciliée. Ce rêve, qui prit forme à Athènes en 1896, fait honneur au français, puisque c’est dans cette langue que Pierre de Coubertin l’exprima et qu’il en convainquit ses partenaires de toutes les nations.

La célébration des 30 ans de la loi Toubon, texte fondateur, qui permet à nos concitoyens de s’exprimer et de recevoir une information dans leur langue au quotidien, sera également un temps fort de l’année. Mais nos politiques des langues font aussi la place à la diversité culturelle et au plurilinguisme, pour lesquelles l’innovation numérique ouvre de nouvelles perspectives.

Par ailleurs, la maîtrise de la langue est, pour chacun d’entre nous, individuels et collectifs, fondamentale. De l’expression orale et écrite dépend de notre place dans la société, de notre rapport au travail, de notre capacité à comprendre nos droits, nos devoirs, nos opportunités de rencontres… Ici, l’illettrisme est le fléau qu’il faut combattre.

Enfin, la promotion du français et de la francophonie dans le monde demeure un objectif fondamental pour lequel il convient de développer une stratégie ambitieuse. Avec plus de 320 millions de locuteurs dans le monde, le français est une langue sans frontière.

Entretien avec Paul de Sinety, délégué général à la langue française et aux langues de France au ministère de la Culture, à l’occasion de la publication du Rapport au Parlement sur la langue française.

CITE-INTERNATIONALE-LANGUE-FRAN9AUSE-FRANCOIS-NASCIMBENI-AFP3.jpg

Pourquoi un nouveau Rapport au Parlement sur la langue française ?

Le but de ce document est d’informer et de sensibiliser. La langue française, en effet, est l’affaire de tous (élus, administrations, organismes publics, associations, experts et grand public). A l’évidence, elle joue un rôle majeur dans notre société (c’est l’outil indispensable pour s’instruire, se former à une technique, connaître ses droits et ses devoirs, les faire valoir, entreprendre, expliquer, convaincre, trouver un emploi, rencontrer l’autre…).

Avec ses nouvelles données le rapport poursuivi et enrichi à plus d’un titre cette double fonction d’informer et de sensibiliser. Ces analyses, accompagnées de témoignages d’experts, en effet, affinent notre connaissance de la situation de la langue française, en France et dans le monde. Ils permettent également de mesurer les avancées réalisées par nos politiques publiques.

CITE-INTERNATIONALE-LANGUE-FRAN9AUSE-FRANCOIS-NASCIMBENI-AFP2.jpg

Quels ont été les moments marquants de 2023 ?

A l’évidence, l’inauguration de la Cité internationale de la langue française à Villers-Cotterêts par le Président de la République, le 30 octobre a été un grand moment. Incarnation de notre politique de la langue renouvelée, la Cité accueillera notamment, dans le champ de l’innovation technologique, deux projets phares : un centre européen de référence pour les technologies des langues (ALT-EDIC) et sa composante nationale, le projet LANGU :IA.

Signalons également la préparation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Vous savez que la langue française a été, de 1896 à 1972, l’unique langue officielle de cet événement mondial créé par Pierre de Coubertin. C’est une langue ancrée dans le sport depuis fort longtemps, comme en escrime, exemple notable. En nous appuyant sur la loi Toubon et sur le « Plan Héritage » auquel participe le ministère de la Culture, nous avons fait valoir le soin particulier que les Jeux Olympiques de Paris devront prendre pour promouvoir l’usage de sa première langue officielle.

CITE-INTERNATIONALE-LANGUE-FRANCAISE-AMAURY-CORNU-HANS-LUCAS-VIA-AFP2.jpg

Quels sont les grands enjeux pour la langue française ?

Tout d’abord, amplifier la mobilisation interministérielle pour appuyer la mise en œuvre de la loi du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française, dite Loi Toubon.

Signalons ici que la Commission d’enrichissement de la langue française (CELF), qui a fêté son cinquantième anniversaire le 21 mars 2023, a poursuivi ses travaux, afin que notre langue continue d’exprimer toutes les réalités du monde contemporain. En 2023, 300 nouveaux termes ont été publiés au Journal Officiel et ont rejoint la base de données FranceTerme !

Autre enjeu majeur, le numérique. L’avenir de la langue française, de la francophonie et du multilinguisme, ainsi que notre souveraineté linguistique et culturelle, en dépend. La France entend jouer un rôle moteur en ce domaine. La mission lancée avec nos amis québécois pour une découvrabilité en ligne des contenus scientifiques francophones en est une illustration.

Ensuite, l’inclusion : avec 2,5 millions de Français en situation d’illettrisme, la maîtrise de la langue française est une priorité que m’a confirmée la ministre de la Culture. Les efforts menés à ce titre ne se sont pas relâchés, notamment via le programme annuel « Action culturelle et langue française » déployé par le ministère de la Culture. La signature de nouveaux pactes linguistiques État-collectivités territoriales a également permis de renforcer les coopérations à l’échelon local : la Seine-Saint-Denis et la Réunion ont rejoint ce dispositif en 2023.

Rappelons, à ce titre, que la promotion des langues régionales est aussi un facteur d’inclusion. Les travaux engagés par le Conseil national des langues et cultures régionales, présidé par le ministre de la Culture, y ont participé, avec la préfiguration d’un portail numérique « Langues en France ». Il sera un point d’accès unique vers l’ensemble des données disponibles sur les langues parlées en France.

080_HL_ACORNU_2192292.jpg

Et la sensibilisation de la jeunesse à ces enjeux, n’est-elle pas aussi essentielle ?

Oui, c’est un axe fondamental. C’est pourquoi, du côté de la jeunesse, nous sommes heureux du franc succès de l’opération « Dis-moi dix mots » (20.000 participations, près de 100.000 personnes touchées sur les territoires et à travers le monde). La Semaine de la langue française et de la francophonie est chaque année une occasion formidable de rassembler les jeunes publics autour de notre langue.

Quelles sont les perspectives pour l’année 2024 ?

Dans la poursuite de cette dynamique, l’année 2024 sera l’occasion de célébrer la langue française autour de trois rendez-vous majeurs :

– Les Jeux Olympiques et Paralympiques qui se dérouleront en France cet été, au cours duquel la langue française comme le plurilinguisme sera mis à l’honneur autour de l’objectif « Dire et vivre les Jeux en français et en d’autres langues ».

– Le XIXe Sommet de la Francophonie qui se tiendra les 4 et 5 octobre 2024 à Villers-Cotterêts et à Paris pour « Créer, innover, entreprendre en français ». Nous contribuons plus particulièrement au volet du francophone.

– Nous fêterons aussi les 30 ans de la loi Toubon, texte majeur pour notre cohésion sociale, l’occasion de mesurer son impact ces dernières années . Faut-il faire évoluer le cadre légal ? C’est un sujet dont les parlementaires pourraient se saisir.

Enfin, nous engageons un travail de fond pour rassembler et accompagner les acteurs culturels qui travaillent dans nos territoires pour une meilleure maîtrise de la langue française chez les publics en situation d’insécurité linguistique généralement éloignés de l’offre culturelle.

Le site sainte-marie-orleans.org est fait afin de créer plusieurs publications sur la thématique Paroisse Sainte-Marie d’Orléans communiquées sur le net. Pour vous tenir au fait, ce post autour du thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous est fourni par sainte-marie-orleans.org. La chronique est produite de la manière la plus authentique qui soit. Au cas où vous décidez de fournir des informations supplémentaires à cet article sur le sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans » vous avez la possibilité d’utiliser les contacts affichés sur notre site web. En consultant régulièrement notre blog vous serez informé des prochaines publications.

L’Eglise catholique se dote d’un porte-parolat sur la fin de vie

A quelques heures de la présentation du projet de loi sur la fin de vie en conseil des ministres, l’Eglise catholique a annoncé, mercredi 10 avril, qu’elle se dotait d’un porte-parolat spécial, signe de sa détermination sur ce « sujet de société majeur ».

« Au regard des nombreuses échéances, parlementaires notamment, qui jalonneront l’actualité des semaines et mois à venir », la Conférence des évêques de France (CEF) a nommé un porte-parolat de quatre évêques « tous particulièrement mobilisés » sur « cette question infiniment grave et complexe de l’accompagnement des personnes en fin de vie », affirme la CEF dans un communiqué.

Les quatre porte-parole sont Pierre-Antoine Bozo (évêque de Limoges), Matthieu Rougé (Nanterre), Emmanuel Gobilliard (Digne, Riez et Sisteron) ainsi que l’archevêque de Tours, Vincent Jordy.

« Rupture de digue »

Mgr Jordy a mis en garde fin décembre contre une « rupture de digue ». Mgr Rougé a dit en mars, après une interview du président de la République, Emmanuel Macron, qui a évoqué les Ehpad comme cadre possible d’une aide à mourir, son « impression que dans la “start-up nation” les personnes non-productives n’ont plus droit de cité ». « Il y a chez les personnes âgées une telle peur d’être un poids pour leur entourage qu’elles en arrivent à se dire “c’est peut-être la solution” », a affirmé Mgr Gobilliard à l’Agence France-Presse, après avoir fait le tour des Ehpad de son diocèse.

Selon l’évêque, qui au début des années 1990 a accompagné quelque deux cents malades du VIH en fin de vie à l’hôpital Spallanzani de Rome, « l’attention personnelle et spirituelle éteint la demande d’euthanasie ». Dans son communiqué, la CEF s’inquiète de ce que le projet de loi « ouvrirait la voie, pour la première fois en France, à une possible légalisation du suicide assisté et de l’euthanasie ».

Lors de son assemblée de printemps à Lourdes en mars, la CEF a voté une déclaration appelant à « ne [pas] dévoy[er] la fraternité » pour tenter de faire entendre leurs « profondes réserves à l’égard du projet de loi annoncé sur la fin de vie » et dénoncer « la mort provoquée ». Autre signe de sa détermination, elle s’est aussi dotée d’un pôle consacré aux affaires institutionnelles.

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Les évêques s’opposent au projet de texte sur la fin de vie

Le Monde avec AFP

Réutiliser ce contenu

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.