Un prêtre jugé pour viols sur mineurs à Perros-Guirec

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Le procès de l’ancien prêtre orléanais Olivier De Scitivaux s’ouvre ce mardi devant la cour d’assises du Loiret

C’est un procès très attendu qui s’ouvre ce mardi matin à Orléans devant la cour d’assises du Loiret : le procès d’Olivier De Scitivaux, qui fut prêtre notamment à l’église Saint-Paterne d’Orléans dans les années 90 et recteur à la basilique de Cléry-Saint-André de 2013 à 2018. Agé aujourd’hui de 64 ans, il est accusé de viols et/ou d’agressions sexuelles sur mineur. Les faits auraient été commis entre 1990 et 2002 sur quatre jeunes garçons, dont trois frères, dès l’âge de 8-10 ans. Olivier De Scitivaux reconnaît les agressions sexuelles mais nie en revanche la plupart des viols.

C’est l’évêque d’Orléans qui a saisi la justice…

Particularité de cette affaire : elle a éclaté suite à un signalement effectué par l’évêque d’Orléans Jacques Blaquart. Le 25 mars 2018, la cellule d’écoute des victimes de pédophilie mise en place au diocèse d’Orléans reçoit en effet l’appel d’un homme disant avoir subi un viol de la part d’Olivier De Scitivaux dans les années 80. L’information est transmise à Mgr Jacques Blaquart qui fait le rapprochement avec une autre victime qui lui avait fait part un an plus tôt d’attouchements mettant en cause le même prêtre. Cette fois-ci, Jacques Blaquart décide de saisir le procureur, et l’enquête démarre.

Elle permettra d’identifier quatre victimes présumées et deux autres pour lesquelles les faits sont prescrits. Les lieux sont divers : un camp de vacances à Perros-Guirec en Bretagne, mais aussi la sacristie de l’église Saint-Paterne et l’aumônerie Sichem à Orléans, ou encore le presbytère de Meung-sur-Loire et un domicile familial à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin, etc. Le scénario est souvent le même : des visites nocturnes, « des caresses qui dérapent » comme le décrit lui-même dans un euphémisme l’ancien prêtre, qui parle de « jeux« , de « chatouilles« , sans avoir conscience alors de la gravité des faits. Des faits dont s’étaient pourtant émus à plusieurs reprises certains parents au sein de l’église.

… après des années de silence de l’Eglise

En cela, ce dossier est assez représentatif des affaires de pédo-criminalité qui ont éclaboussé l’Église catholique ces dernières décennies, avec à la clé, loi du silence et mutation du prêtre mis en cause. « Les penchants d’Olivier De Scitivaux pour les jeunes garçons, c’est quelque chose qui était connu, comme la Loire qui coule sous le pont » a ainsi déclaré l’un des témoins entendus par les enquêteurs, paroissienne impliquée dans la vie de l’église lorsqu’Olivier de Scitivaux était prêtre à Saint-Paterne. Des alertes parvenues à l’évêché, il y en a eu dès 1997, notamment après des séjours en camps de vacances à Perros-Guirec en Bretagne ou lors de pèlerinages à Rome.

Les courriers évoquent des « blagues graveleuses« , des « jeux inappropriés » mais aussi clairement « des agissements pédophiles« . Avec pour seule réaction, un « recadrage » du prêtre et sa mutation dans la paroisse Orléans-Nord en 2000 (Saint-Jean-de-la-Ruelle, La Chapelle-Saint-Mesmin, Ingré…). Une omerta que Mgr Jacques Blaquart a donc eu le courage de briser en saisissant la justice : il sera entendu comme témoin lors du procès ce mardi après-midi. Quant à ses prédécesseurs encore en vie, ils ne sont pas poursuivis pour non-dénonciation de crime, car le délit est prescrit. Olivier De Scitivaux a lui-même renoncé à son état clérical, il est redevenu simple laïc en mars 2021. Il comparaît libre, après 10 mois de détention provisoire (entre juillet 2018 et mai 2019). Il risque jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle, le verdict est prévu vendredi.

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Pédocriminalité : le procès aux assises de l’ancien prêtre Olivier de Scitivaux s’ouvre ce mardi à Orléans

Ce mardi 21 mai, s’ouvre aux assises d’Orléans le procès d’Olivier de Scitivaux, ancien recteur de la basilique de Cléry-Saint-André. L’ancien prêtre est accusé de viols et attouchements sexuels sur quatre garçons mineurs, entre 1990 et 2002.

L’affaire avait secoué la communauté catholique du Loiret, et avait eu un écho national. Six ans plus tard, le procès d’Olivier de Scitivaux, ancien prêtre du diocèse d’Orléans et ancien recteur de la basilique de Cléry-Saint-André, s’ouvre ce mardi 21 mai. Il comparaît devant la cour d’assises du Loiret pour des faits de viols et d’attouchements sexuels sur quatre garçons, mineurs au moment des faits, qui se seraient déroulés entre 1990 et 2002.

Le 28 mars 2018, La République du Centre révèle qu’une enquête est ouverte par le procureur d’Orléans, concernant le père Olivier de Scitivaux, 58 ans, après un signalement de l’évêque d’Orléans, Jacques Blaquart. Une semaine plus tôt, deux hommes ont contacté les responsables religieux du diocèse, affirmant avoir été victime du recteur. L’un des deux évoque des faits prescrits, remontant aux années 80, l’autre parle d’un viol dans les années 90. Pendant de longues années, le prêtre est en effet responsable de nombreux enfants, dans des camps de vacances, mais aussi au sein de la chorale de Saint-Paterne d’Orléans.

En 2017, un autre signalement avait déjà été effectué, remonté au parquet par le diocèse. La victime n’avait pas souhaité porter plainte, et l’enquête n’a pas abouti.

En garde à vue, en avril 2018, Olivier de Scitivaux reconnaît des attouchements sur la victime. Il est rapidement mis en examen, mais reste libre. Lors de perquisitions au presbytère de Cléry, les enquêteurs découvrent des cassettes de films pornographiques « mettant en scène des jeunes hommes, majeurs« .

En juillet 2018, le prêtre est de nouveau mis en examen, pour agressions sexuelles et viols sur mineur de 15 ans, après le recueil d’un nouveau témoignage. En l’occurrence, celui d’un jeune homme âgé de 9 à 15 ans au moment des faits, entre 1992 et 1998. Cette fois, Olivier de Scitivaux est écroué.

Trois nouvelles victimes se font connaître de la justice en 2019, après le lancement d’un appel à témoins et la création d’une page Facebook encourageant les victimes à se signaler. Un autre témoignage est recueilli par la justice en 2023.

Olivier de Scitivaux est suspendu de toute fonction au diocèse d’Orléans par l’évêque dès mars 2018, et est « relevé de l’état clérical au début de l’année 2021« , indique le diocèse par communiqué. Dans le même texte, Monseigneur Blaquart adresse sa « première pensée » et « son soutien total » aux « victimes et leurs familles« . Et pousse pour plus de transparence dans l’Église.

Ce procès, longtemps attendu, sera un temps d’épreuves, douloureux pour les victimes dont le courage doit être signalé. Le travail de la justice est nécessaire à l’expression d’une parole de vérité.

Jacques Blaquart, évêque d’Orléans

Le procès d’Olivier de Scitivaux se tiendra six ans après le début de l’enquête. Pour Sophie Deschamps, ancienne journaliste de RCF à Orléans et autrice de l’ouvrage Le Silence des soutanes sur les violences sexuelles dans l’Église, « la justice a voulu se donner le temps, que d’autres victimes se manifestent« .

Et ce procès, qu’importe sa date, sera « très important pour les victimes« , considère la journaliste, sur le plateau du 19/20 de France 3 Centre-Val de Loire. Des victimes qui pourront « témoigner de ce qu’elles ont subi face à leur agresseur, être écoutées« . Malgré « la blessure indélébile« , ce procès « peut aider à une réparation » assure-t-elle, espérant que « justice soit faite« . Le procès se tiendra devant la cour d’assises du Loiret de ce mardi 21 au vendredi 24 mai.

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Le Secours Catholique du Loiret a inauguré sa Maison des Familles à Orléans

« Une maison comme à la maison » : voilà comment les responsables du Secours catholique du Loiret présentent cette nouvelle structure qui a ouvert en juin 2023. Il s’agit de la Maison des familles, rue du Bourdon Blanc, dans le quartier Bourgogne, à Orléans. Nichée au fond d’une cour, cette petite maison d’un étage est équipée d’une cuisine, une chambre, une salle de réunion et un coin jeux pour les enfants. « On fait tout pour que les familles se sentent comme chez elles » insiste Juliette Moreira, la responsable du lieu.

« On reçoit beaucoup de familles qui vivent dans des foyers ou en hébergement d’urgence »

En accès libre et gratuit, cette maison offre surtout un lieu d’accueil et d’écoute pour des parents et familles en grande précarité. « On a des familles qui sont en logées la nuit en hébergement d’urgence par la Croix Rouge, ou d’autres organismes. Et dans la journée, elles ne savent pas où aller, elles peuvent donc venir ici pour dormir, parler, se doucher »;

La Maison des familles est ouverte trois jours dans la semaine grâce à un roulement d’une dizaine de bénévoles. « On propose des ateliers créatifs, des jeux avec les enfants ou faire ensemble un gâteau d’anniversaire. Mais, on n’a jamais de programme préétabli » explique Juliette Moreira, « on est là surtout pour écouter et partager un bon moment, sans aucune pression ». En cas de besoin, le Secours catholique peut solliciter d’autres partenaires notamment pour des démarches administratives.

Inauguration de la Maison des Familles dans la cour devant
Inauguration de la Maison des Familles dans la cour devant © Radio FrancePatricia Pourrez

700 passages en moins d’une année

Assises autour d’une table de salon, Fériel et Lou sont des habituées de la Maison des familles. Ces deux mamans viennent plusieurs fois par semaine, « on vit toutes les deux en foyer, dans de petits locaux. Ici, les enfants ont de la place pour jouer, il y a même une petite cour. Ca nous fait un bien fou ». La Maison des familles permet de créer un réseau d’entraide entre familles en difficulté. « Récemment, une maman, qui devait accoucher, n’avait pas de solution de garde pour son premier enfant » raconte Juliette Moreira, « sans qu’on intervienne, une autre maman s’est proposée de garder le petit et tout le monde était ravi ». Depuis son ouverture, la Maison des familles a comptabilisé 700 passages de parents et d’enfants.

Sur l’ensemble du Loiret, le Secours catholique aide un peu plus de 5.000 familles à travers son accueil de jour rue des Murlins, ses 11 boutiques solidaires, son épicerie solidaire sur le campus d’Orléans-la Source, et bientôt aussi un garage solidaire.

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Mort d’un jeune cycliste à Orléans : le chauffeur du camion poursuivi pour homicide involontaire

Deux jours après le dramatique accident de la circulation qui a coûté la vie à un jeune cycliste de 15 ans, rue des Halles, à Orléans dans le Loiret, le parquet vient de communiquer sur les suites de l’affaire.

Il n’a pas respecté la priorité à droite

Le chauffeur du camion frigorifique qui a percuté l’adolescent est resté en garde à vue 48 heures. Les dépistages d’alcool et de stupéfiants se sont révélés négatifs. Néanmoins, les investigations ont permis de réunir des éléments suffisants pour engager des poursuites judiciaires. Âgé de 58 ans, le conducteur, qui n’avait pas d’antécédents judiciaires, est donc poursuivi pour homicide involontaire par manquement délibéré à deux obligations de prudence et de sécurité. En l’occurrence, il roulait au dessus des 10 km/h imposés par arrêté municipal dans cette zone piétonne. Il n’a pas respecté non plus la priorité à droite, pour le cycliste qui descendait de la rue du petit-puits. En attendant son procès dans quelques semaines devant le tribunal correctionnel d’Orléans, le conducteur est placé sous contrôle judiciaire.

Un procès en correctionnel dans quelques semaines

La victime, un élève du lycée Saint-Paul-du Bourdon Blanc, s’appelait Côme Andres. Il était l’un des deux pages de Jeanne lors des dernières Fêtes johanniques. L’Association Jeanne d’Arc et la mairie d’Orléans lui ont d’ailleurs rendu hommage.

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

« Dans une époque phallocrate, les hommes l’acceptent et la suivent » : Jeanne d’Arc, un symbole de l’émancipation des femmes

Au fil des siècles, beaucoup se sont appropriés son combat. Egérie de la nation puis égérie religieuse, Jeanne d’Arc est la figure des luttes des femmes. Des suffragettes au mouvement LGBT +, la pucelle d’Orléans est devenue l’un des symboles de la cause féministe

Dans son émission spéciale Jeanne d’Arc, André Manoukian s’est entouré d’invités de choix : Olivia Voisin, Virginie Giraud, historiennes et les artistes Elodie Frégé et Laurent Voulzy pour évoquer cette héroïne de résistance et de liberté devenue également une véritable icône féministe. Tous sont unanimes ! Jeanne d’Arc représente l’émancipation de la femme.

► Château ! Par André Manoukian spécial Jeanne d’Arc, c’est à voir samedi 11 mai à 20h30 sur France 3 Centre-Val de Loire ou en avant-première sur notre plateforme de replay France.tv

Il faut s’imaginer, au 15ème siècle, en pleine Guerre de Cent Ans, cette une jeune femme aux cheveux courts, qui s’habille comme un homme, qui monte à cheval et qui mène des centaines de soldats au combat pour sauver son pays et son roi ! La jeune femme bouscule un monde d’hommes. Jeanne d’Arc bouscule les traditions. Elle est la première femme à remettre en question le patriarcat. 

C’est une femme libre. Ce n’est pas une femme en jupon. Dans une époque phallocrate, les hommes l’acceptent et la suivent. Elle a quelque chose en plus. Elle a du charisme. Les hommes la respectent comme si elle était atteinte de la divinité.

Virginie Girod, historienne

Cette paysanne de Lorraine prétend entendre des voix qui lui demandent de libérer Orléans des Anglais et de faire sacrer Charles VII à Reims. Elle réussit à délivrer la ville le 8 mai 1429. Depuis, chaque année, à cette date, Orléans la célèbre. Depuis 1429, la cité Johannique fête cette jeune paysanne qui l’a libérée des Anglais. Capturée en 1430, elle est brûlée vive par les Anglais à Rouen en 1431 après un procès inique. « Sa mort est un non-événement. Elle va tomber dans l’oubli le plus total. Sa légende va naître deux siècles plus tard. C’est au 19eme siècle qu’elle devient une star. » raconte Olivia Voisin, directrice des musées d’Orléans.

[embedded content]

En effet, c’est l’historien Jules Michelet qui la réhabilite. Il l’érige en défenderesse de la nation. La gauche républicaine et laïque s’empare de cette figure brûlée par l’Église, fille du peuple et abandonnée par le roi.

Au 19ème siècle, en plein mouvement romantique, une femme guerrière médiévale, on adore !

Olivia Voisin, directrice des musées d’Orléans

En 1801, Friedrich von Schiller, grand poète et dramaturge allemand écrit la pièce de théâtre « La Pucelle d’Orléans«  (« Die Jungfrau von Orleans« ). Schiller fait de Jeanne d’Arc une icône du patriotisme.

C’est une femme qui va changer son image de guerrière. Marie d’Orléans, princesse et fille du roi Louis Philippe – qui avait comme professeur d’histoire, Jules Michelet – « est fascinée par cette jeune fille pieuse partie se battre. Elle va réaliser plusieurs sculptures et provoquer un changement radial de la vision qu’on a à l’époque de Jeanne d’Arc. Elle représente une Jeanne qui ne se bat pas, mais une Jeanne très pieuse«  explique Olivia Voisin.

Félix Dupanloup, l’évêque d’Orléans lance alors un processus de canonisation. Elle devient sainte en 1920. Elle devient alors un symbole de la chrétienté, écoutant les ordres de Dieu.

Dans les milieux intellectuels, on s’interroge de la place et du rôle des femmes dans la société et on commence à revendiquer l’égalité entre les deux sexes. Sainte Jeanne d’Arc y est souvent citée. Elle devient alors le symbole des femmes libres. Mais son histoire fait naître deux clivages au sein des groupes féministes. Les féministes chrétiennes et nationalistes la voient comme la Jeanne d’Arc catholique et patriote. Et de l’autre, la Pucelle d’Orléans laïque, courageuse et combative est célébrée par des revendicatrices laïques.

Au début du 20ème siècle, en plein combat pour le droit de vote des femmes en Angleterre, la WSPU (Women’s Social and Political Union) s’empare de Jeanne d’Arc, symbole féminin mais surtout guerrier luttant contre le gouvernement anglais et pour la liberté. Un symbole féministe qui existe encore outre-manche. Le célèbre groupe anglais de new wave Orchestral Manœuvres In The Dark lui consacre même une chanson sortie en 1981 « Joan of Arc« .

Dans les années 90, la pucelle d’Orléans devient un symbole du mouvement LGBT +. À 18 ans à peine, Jeanne casse les codes du genre avec ses cheveux courts et ses tenues d’homme. Elle est l’une des premières icônes « queer ». Une femme « travestie » en homme soldat qui donne tout pour son pays. Un travestissement qui fournit un des prétextes à sa condamnation et à son exécution. En octobre 2020, Clovis Maillet historien médiéviste publie un livre explorant le genre au Moyen Âge « Les Genres fluides. De Jeanne d’Arc aux saintes trans ». Ses conclusions l’amènent à dire qu’il est difficile de qualifier Jeanne d’Arc de trans. Selon lui, elle s’habille comme les hommes pour des raisons guerrières, pour échapper au viol et pour préserver sa virginité. Virginité qu’elle s’est engagée à respecter pour obéir aux voix, gage du caractère sacré de sa mission.

Jeanne reste un éternel objet de projection symbolique et politique et reste la seule figure historique qui suscite autant de passions contraires.

► Château ! Par André Manoukian spécial Jeanne d’Arc, c’est à voir samedi 11 mai à 20h30 sur France 3 Centre-Val de Loire ou en avant-première sur notre plateforme de replay France.tv

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Improtéine à l’honneur pour la prochaine saison du MIFO

Du point d’orgue de la tournée 20e anniversaire d’Improtéine aux mots de Gabrielle Roy : le Mouvement d’implication francophone d’Orléans (MIFO) a révélé mardi un premier pan de sa programmation 2024-2025. La directrice artistique de l’organisme, Anne Gutknecht, et Martin Laporte du groupe franco-ontarien Improtéine ont bien voulu partager quelques primeurs avec la reporter culturelle Marika Bellavance.

C’est le 7 décembre, au Centre des arts Shenkman, que les membres d’Improtéine termineront leur année de célébration des 20 ans du groupe humoristique.

À l’aide de projections et de marionnettes, l’artiste franco-manitobaine Marie-Ève Fontaine proposera sa relecture visuelle de Cet été qui chantait de Gabrielle Roy, le 6 avril prochain. Le conteur Stéphane Guertin, qui a bénéficié d’une résidence de création au centre culturel du Mouvement d’implication francophone d’Orléans en 2021 pour en établir les bases, viendra présenter l’entièreté de Sortir la tempête du verre, le 27 avril.

Ces deux spectacles auront notamment lieu à l’auditorium de l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges. Cet auditorium accueillera les spectacles prévus à la programmation à compter de mars 2025, puisque les travaux d’agrandissement du centre culturel du MIFO pourraient débuter au printemps prochain.

D’autres rendez-vous prévus par le MIFO :

  • 6e Kaléidoscope musical, sous la direction de Marc-Antoine Joly (20 septembre)
  • Maten (25 octobre)
  • Hôtel des deux mondes du Théâtre du Village d’Orléans (21 au 24 novembre)
  • Deux femmes en or (23 janvier)
  • La descente aux affaires de Fred Pellerin (19 et 20 février)
  • François Bellefeuille en rodage (27 février)

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

L’éphéméride du 8 mai : il y a 595 ans, Jeanne d’Arc reprend Orléans aux Anglais

Aujourd’hui, on fête les Désiré. Et aussi les Désirée, … Le dicton du jour « À la Saint-Désiré, tu peux découvrir ton nez. » Le 8 mai, jour férié, est le 128e jour de l’année

Il y a un an à la Une de « Sud Ouest »

À la veille des commémorations du 9-Mai, la Russie piétine sur le terrain, dans l’attente d’une contre-offensive ukrainienne annoncée comme imminente. Manque d’hommes, de matériel, de stratégie… Poutine avait-il les moyens de ses ambitions ?
À la veille des commémorations du 9-Mai, la Russie piétine sur le terrain, dans l’attente d’une contre-offensive ukrainienne annoncée comme imminente. Manque d’hommes, de matériel, de stratégie… Poutine avait-il les moyens de ses ambitions ?

Archives Sud Ouest

Pour retrouver et acheter toutes les Unes de « Sud Ouest » depuis 1944 : cliquez-ici.

Dans le calendrier

Saint-Désiré Archevêque de Bourges en 534, Désiré contribua à purger la Gaule des hérésies apportées par les Barbares. Il mourut en 550. Les Désiré sont efficaces et réfléchis. Leur couleur : le violet. Leur chiffre : le 6.

Ça s’est passé un 8 mai

1902 L’éruption du Mont Pelé à la Martinique détruit en trois minutes la ville de Saint-Pierre : 30 000 morts.

[embedded content]

1945 Capitulation de l’Allemagne nazie. 1978 Peter Habeler et Reinhold Messner réussissent la « Première » de l’Everest sans masque à oxygène. 1988 Réélection de François Mitterrand à la présidence de la République pour un second septennat. 2007 Protestants et catholiques inaugurent à Belfast un nouveau gouvernement partagé, avec Ian Paisley comme Premier ministre et Martin McGuinness, le numéro deux de Sinn Féin, comme vice-Premier ministre. 2018 La collection Rockefeller forte de chefs d’oeuvres de Picasso, Matisse et Monet se vend aux enchères à New York pour un total 832,5 millions de dollars.

Ils sont nés un 8 mai

Fernandel, acteur et chanteur français (1903-1971), Jean Giraud dit aussi Moebius, auteur de bandes dessinées français (1938-2012), Benoît Dauga, joueur de rugby à XV français (1942-2022), Michel Gondry, cinéaste français, (1963), Fabrice Tiozzo, boxeur français (1969).

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

A votre service par France Bleu Orléans

À votre service par France Bleu Orléans : vos témoignages sur les sujets du quotidien et un invité pour répondre à vos questions. Vous avez la parole. Exprimez vous sur ces sujets dont on parle en ce moment et pour lesquels votre avis compte.

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.

Une découverte mathématique inattendue à la St. Mary’s Academy

On n’arrête jamais d’apprendre, et même après deux mille ans d’étude, de réflexions et d’expérimentations, on peut toujours découvrir une nouvelle perspective, jusqu’alors restée cachée. La révélation peut arriver de manière inattendue et, au lieu de provenir des mains expertes d’un vieux scientifique, éclore du génie de deux lycéennes de la St. Mary’s Academy, une école catholique de New Orleans. Calcea Johnson et Ne’Kiya Jackson ont décidé de participer à un concours de mathématiques et ont laissé tout le monde bouche bée : les deux jeunes filles ont réussi à élaborer une solution pour un problème mathématique qui, pendant 2 000 ans, a été considéré comme impossible, relatif au théorème de Pythagore. Le succès des deux adolescentes a attiré l’attention du monde entier de la mathématique et 60 minutes a décidé d’interviewer les étudiantes de la St. Mary’s Academy, où tous sont encouragés à dépasser leurs limites et à croire en des possibilités infinies. « Ici, c’est la norme », déclare Christina Blazio, une élève de l’école, « notre objectif est l’excellence pour quiconque fréquente l’institut ». En décembre 2022, Ne’Kiya Jackson et Calcea Johnson ont participé à un concours de mathématiques ouvert à toute l’école et qui promettait un prix en argent, un incitatif qui a intéressé les deux : « L’argent m’a motivée », dit la première, « Bien sûr, j’ai pensé ‘500 dollars, c’est beaucoup d’argent. Je voudrais au moins essayer’, ajoute la seconde ». Mais quel était le sujet du concours ? « Il fallait créer une nouvelle démonstration du Théorème de Pythagore. Quelques informations sur comment commencer étaient fournies », répond Calcea. Pour ceux qui auraient oublié les enseignements du lycée ou auraient décidé volontairement (ou non) de retirer ces données de leur esprit, le Théorème de Pythagore est celui qui affirme que dans un triangle rectangle, le carré construit sur l’hypoténuse est équivalent à la somme des carrés construits sur les cathètes. Pour résumer : a² + b² = c². Les deux étudiantes avaient étudié la géométrie et un peu de trigonométrie. Bien qu’il y ait plus de 300 différentes démonstrations du Théorème de Pythagore à travers l’algèbre et la géométrie, pendant environ 2 000 ans, on a pensé qu’il était impossible de le démontrer avec la trigonométrie. Pourtant, les deux ne se sont pas découragées et pendant deux mois, elles ont passé presque tout leur temps libre à essayer, faire des hypothèses et calculer. La mère de Calcea a déclaré : « J’ai essayé de voir ce qu’elle faisait et il y avait des pages et des pages et des pages de trucs, plus de 20, 30 pages pour ce problème ». C’était la prof de maths de l’école qui avait lancé le concours, mais elle ne croyait pas que quelqu’un atteindrait réellement une solution : « Je cherchais juste à stimuler un peu l’ingéniosité ». L’autre preuve documentée est de Jason Zimba en 2009. Les deux étudiantes, sans aucun doute brillantes, ont eu l’opportunité de présenter leur travail à la conférence de l’American Mathematical Society et la nouvelle a fait immédiatement le tour du monde. Bientôt, les filles ont été invitées en Corée du Sud, louées par Michelle Obama et ont reçu les clés de la ville de New Orleans.

© TOUS DROITS RÉSERVÉS
Cet article est traduit automatiquement

sainte-marie-orleans.org vous produit ce texte qui aborde le thème « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Le but de sainte-marie-orleans.org étant de rassembler en ligne des données sur le sujet de Paroisse Sainte-Marie d’Orléans puis les diffuser en essayant de répondre du mieux possible aux interrogations que tout le monde se pose. Cet article se veut reconstitué de la façon la plus correcte que possible. Si jamais vous projetez d’apporter quelques précisions autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans », vous avez la possibilité de d’échanger avec notre rédaction. Dans les prochaines heures on rendra accessibles à tout le monde d’autres annonces autour du sujet « Paroisse Sainte-Marie d’Orléans ». Alors, consultez régulièrement notre blog.